La famille, en voie de disparition

La tendre famille n’est plus ce qu’elle était. Le mariage encore moins. Même les chrétiens qui étaient censés montrer l’exemple ont dévié vers des comportements qui mettent en péril la cellule familiale. On le conçoit une famille parfaite n’existe pas, mais un Dieu parfait oui.

Dans une époque où le mariage et la structure parentale sont de plus en plus fragilisés, la famille la plus vieille institution de notre civilisation perd du terrain. Quand on pense qu’aujourd’hui c’est au bout de la quatrième année de mariage seulement que les couples pensent le plus au divorce et que l’on recensait en 2006 près d’un mariage sur deux se terminant par une séparation, il y a de quoi s’inquiéter. Des chiffres alarmants qui démontrent que la famille n’est plus au centre de la société et qu’elle est loin d’être la cellule rassurante d’autrefois. D’ailleurs, cela fait longtemps qu’elle n’est plus un modèle unique : on parle de familles monoparentales, recomposées, avec un couple mixte, avec un couple marié ou non ou encore homosexuel. Si la famille nucléaire (père, mère, fils et fille) reste la norme dans la plupart du monde, l’augmentation des familles monoparentales est fulgurant. Au milieu des années 90 près d’un enfant sur trois en Europe passe une partie de son enfance avec un seul de ses parents. La cause de tout cela ? Le divorce, le nom que l’on donne à la rupture officielle d’un mariage civil ou religieux. Pourquoi le mariage est il en crise et est même devenu la risée de certains qui prônent

désormais les unions libres où chacun peut faire ce qu’il veut ? Un mariage épanoui est-il possible ? Qui peut rester marié aujourd’hui car rares sont les couples qui parviennent à rester unis jusqu’au bout ? Ces questions qui avant ne concernaient même pas les enfants de Dieu sont de plus en plus légitimes. Car il est clair à présent que les chrétiens d’aujourd’hui se sont eux aussi laissé influencé par la tendance d’un monde déréglé et sans repères. La famille chrétienne est elle aussi écartelée et les doctrines de la « nouvelle chance » qui voudraient qu’on ait la liberté de se tromper de partenaire et de se remarier font fureur. Vous vous posez la question vous aussi. Pourquoi au bout de quelques années je ne suis pas plus heureux/se dans mon couple et pourquoi est ce si dur de rester fidèle ? Où se trouve la solution à ce problème bien actuel et qui empire selon les générations ? La croix de Jésus à l’œuvre dans les vies et qui est à même de restaurer les vies. Aussi simple que cela ? Oui. Cf L’église doit savoir : Le Cœur de Dieu à propos du mariage et du divorce.